Goma: Les cours se dispensent normalement à l’Institut de Goma, une école officielle de l’état congolais ( Désiré MITINGI KARUBANDA)

Exif_JPEG_420

L’institut de Goma, une école officielle de l’état congolais fonctionne normalement, malgré la situation sécuritaire dégradante dans la ville Goma en particulier, et en province du Nord Kivu en général. Avec un effectif de 1100 élèves. Les cours sont dispensés par des enseignants qualifiés, une cinquantaine au total , motivés par les frais venant des parents et les salaires de l’État congolais.

Propos du Directeur des études de l’Institut de Goma Désiré MITINGI KARUBANDA au cours d’une interview accordée à la ronde info à Goma au Nord Kivu.

<<Nous sommes l’Institut de Goma, la grande de la province du Nord Kivu. Avec six classes organisées, trois options dont les sciences commerciales de gestion et pédagogie générale. Les enseignants sont bien traités, parce qu’au moins 57 enseignants sont payés par le gouvernement congolais, deux n’étant pas encore mécanisés. La motivation venant des parents est fixé par le gouvernement provincial. Malgré la vie intenable de parents,  ils ont quand même la bonne volonté de payer,>> précise Désiré MITINGI KARUBANDA

.



S'agissant de la qualification des enseignants, l'Institut de Goma regorge des licenciés agrégés et des gradués. Il n'y a qu'un seul diplômé d'état avec une expérience d'au moins  quarante ans.

<<Si l’école a grandi c’est suite à la façon de travailler des préfets des études, en collaboration bien évidemment avec la division de l’EPST en place, les sous divisions et autres. C’est suite à une bonne organisation, car les dirigeants ont le soucis toujours de bien faire. Nous avons un comité des parents, qui nous envoie des élèves, et nous les encadrons . Ils font des bons résultats aux examens d’état>>, explique ce cadre enseignant de l’Institut de Goma.

Il poursuit que l’école a grandi suite  aux frais de construction , que les parents  payaient dans l’ancien temps. Frais fixés en assemblée générale des parents.

Sur le plan sécuritaire, aucun incident. L’école est bien sécurisée car fonctionnant dans l’enclos, ce qui fait que les enseignements se dispensent normalement. <<Quelques fois, nous entendons des coups de balle, mais cela ne nous empêche pas à faire l’essentiel>>, explique le Directeur des études.

Quant aux élèves qui traversaient la frontière en provenance du Rwanda voisin, Désiré MITINGI dit que l’école n’a enregistré aucun élève rwandais cette année. Sauf les années antérieures où aucun élève n’a été inquiété.

Pour ce qui est de l’option commerciale de gestion, les laboratoires informatiques sont équipés sur base des frais des parents.

S’agissant des difficultés, la grande c’est l’insolvabilité des parents vu la conjoncture actuelle, l’ancien bâtiment qui se trouve également dans un état de délabrement  avancé, nécessite une réhabilitation.

Il juge positif le bilan de cette année 2022- 2024 , au moins 80% des diplômés, le genre étant respecté dans cette école, mais aussi la bonne collaboration avec la hiérarchie, mais aussi avec d’autres écoles de la place.

Juvénal. MURHULA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire